5 conseils pour…

… devenir un slasheur

Slasheur ? Mais qu’est-ce que c’est ? Prononcez « sla-ch-eur » il ne s’agit pas d’une nouvelle téléréalité ou d’une technologie dernier cri dont l’existence vous aurez échappé, mais nous parlons bien d’emploi !

Ce mois-ci, nous vous proposons de décrypter cette tendance en fort développement et nous vous apportons quelques clés pour vous aussi, devenir “slasheur/slasheuse”.

#1. Comprendre ce qu’est un slasheur

Cette expression vient de ce symbole « / » que certains appelleront barre inclinée ou slash pour les plus bilingues d’entre nous.

C’est d’abord aux Etats-Unis (aux States, toujours pour les plus bilingues), que les slasheurs ont fait leur apparition. De plus en plus en vogue outre-Atlantique, cette tendance se fait aussi une place sur le marché de l’emploi français et nous invite à réinventer notre façon de travailler.

Le terme « slasher » désigne ainsi le fait de cumuler plusieurs emplois. Un exemple serait d’être comptable la journée et de vivre de sa passion de photographe les week-ends et soirées : comptable / photographe

Vous avez peut-être déjà dû exercer plusieurs emplois en même temps. Par exemple, pour payer vos études vous avez peut-être été baby-sitter le week-end et caissier dans un supermarché les soirs. La différence c’est que vous cumulez un « emploi de raison » et un « emploi de passion ». Le premier est parfois la suite de vos études, un métier qui vous permet de subvenir à vos besoins. Le second vous permettra de laisser libre cours à vos passions, vos envies, vos centres d’intérêts. C’est la dose de motivation qui boostera votre quotidien : travailler sur des projets que vous aimez et choisissez !

#2. Qui peut être slasheur ?

Maintenant que vous avez compris le concept, est-ce que cela est fait pour vous ?

Si les slasheurs ont généralement entre 25 et 35 ans et sont hyperconnectés, il faut avant tout avoir de l’audace. En effet, ce concept convient aux personnes qui ont peur de s’ennuyer dans leur travail et qui recherche un moyen d’exprimer leur créativité, leur esprit entrepreneurial. C’est pourquoi, des salariés de 45 ans et plus sont de plus en plus nombreux à se lancer dans le slashing : pour redonner un élan à leur carrière, ou parce que les enfants ont grandit et ils ont plus de temps disponible à d’autres projets professionnels.

Être slasheur, c’est aussi avoir une soif d’apprentissage et une curiosité débordante ! C’est un mode de vie et un état d’esprit qui bousculeront votre quotidien, et pour démarrer une nouvelle activité c’est parfois un saut dans l’inconnu, notamment si vous vous lancez dans l’entrepreneuriat. Il ne vaut mieux donc pas avoir peur de se jeter à l’eau, tout en ayant une bonne organisation, et une capacité d’adaptation !

Devenir slasheur peut aussi répondre à une passion en exerçant simplement une autre activité professionnelle. Une développeuse informatique pourra également vivre sa passion pour la mode en travaillant dans une boutique indépendante tout en équilibrant ces deux contrats par un mi-temps.

Attention, tout le monde ne peut pas slasher ! En effet, certaines professions sont exclues ou extrêmement conditionnées au cumul d’activités (notamment lorsqu’elles sont lucratives) : c’est le cas des fonctionnaires, de certaines professions réglementées… Pour certains salariés, une clause d’exclusivité dans votre contrat de travail peut également vous en empêcher … Enfin, même auprès de plusieurs employeurs, un salarié n’a pas le droit de dépasser un nombre d’heures maximal entre ses différentes activités (10 heures par jour ou 48 heures par semaine). Ce plafond ne s’applique pas si vous choisissez de devenir entrepreneur pour votre activité complémentaire.

#3. Trouver sa seconde, troisième… activité

Au départ, « slasher » entre plusieurs emplois répondait surtout à un besoin économique. Aujourd’hui, c’est bien pour rechercher un épanouissement sur le plan professionnel que de plus en plus de travailleurs sautent le pas.

Pour certains, cela sera l’expression d’une passion qui prendra un tournant plus professionnel comme : photographe, musicien, coach sportif, rédacteur, styliste… Pour d’autres, cela sera un moyen de casser la routine du métro-boulot-dodo en travaillant sur plusieurs emplois à temps partiel par exemple.

Trouver votre « slash », doit être le fruit d’une réflexion : quelles sont mes passions, quelle activité je souhaite exercer, quelles sont mes compétences, quels seraient mes freins ou mes fausses excuses… Prenez le temps d’écouter vos besoins et vos envies. Trouvez aussi le soutien de vos proches. Si vous souhaitez lancer votre activité en tant qu’auto-entrepreneur, par exemple, cela aura très probablement un impact sur votre vie personnelle. Prenez le temps d’en discuter avec ceux qui vous entourent pour trouver des solutions qui vous permettront de garder un équilibre entre votre vie de slasheur et votre vie personnelle (garde d’enfants, organisation de la maison, sport…).

#4. Organiser son emploi du temps

L’avantage du slasheur, c’est que plusieurs formules existent : il peut à la fois être en CDI à temps partiel et freelance, ou cumuler des contrats en intérim, CDD, être auto-entrepreneur… Il n’existe pas de modèle unique.

Mais, pour jongler entre plusieurs activités, il vous faudra faire preuve d’organisation, de flexibilité et d’agilité. Prenez soin de bien différencier vos différentes activités, projets et de vous organisez par créneau horaire ou au moins par journée.

Aménagez-vous un coin bureau ou profitez des espaces de coworking près de chez vous. Vous êtes désormais votre propre patron : à vous de trouver votre rythme !

#5. Se faire connaître

Pour faire décoller votre nouvelle activité professionnelle, il faut vous faire connaître ! Profitez des afterworks, salons professionnels, marchés et de votre entourage pour faire découvrir vos services ou produits.

Appuyez-vous sur les réseaux sociaux et, si vous utilisez LinkedIn, pensez à préciser vos différentes activités de façon claire.

Comme pour votre CV, il est essentiel de simplifier la lecture de vos différentes expériences simultanées. Vous pouvez choisir de le rédiger par compétences ou par thématiques, projets (selon votre interlocuteur).

Pour la majorité des recruteurs, les slasheurs présentent une adaptabilité, un sens de l’organisation et une créativité qui peuvent faire la différence sur le marché de l’emploi.

A vous de slasher !